About

EN | FR

The SenseLab is a laboratory for thought in motion.

Based in Montreal, the SenseLab is an international network of artists and academics, writers and makers, from a wide diversity of fields, working together at the crossroads of philosophy, art, and activism.

Participants are held together by affinity rather than by any structure of membership or institutional hierarchy. The SenseLab’s event-based projects are collectively self-organizing. Their aim is to experiment with creative techniques for thought in the act. The SenseLab’s product is its process, which is meant to disseminate. The measure of success is the creative momentum that spins off into individual and group practices elsewhere, to seed new processes asserting their own autonomy. The SenseLab makes no claim to ownership, operating as much as possible on the principle of a gift economy.

Erin Manning founded the SenseLab in 2004 out of a desire to build a supportive environment conducive to new modes of encounter and expression. Her premise was that concepts are never pre-programmed. Rather, they are experimental effects of an on-going process which emerge in the doing, and merge with making. The concepts and techniques collectively arrived at over the first ten years of SenseLab actvities are explored in “Propositions for Thought in the Act” (in Erin Manning and Brian Massumi, Thought in the Act: Passages in the Ecology of Experience, University of Minnesota Press, 2014).

The SenseLab has adopted the term “research-creation” to describe its activities, with the goal of fundamentally rethinking “theory” and “practice” in a way that overcomes the all-too-common antagonism between the two. What distinguishes the SenseLab’s approach to research-creation is its emphasis on philosophy as a creative practice in its own right, and its sustained dedication to live experimentation with new forms of transdisciplinary collaboration. SenseLab projects engage in the process of thinking by doing, always with the understanding that concepts are made in and through the event. They practice philosophy as a catalyst to other modes of creative endeavour, never their judge or master.

SenseLab collaborations take the form of punctual research-creation events supplemented by ongoing, year-round activities. Anyone is a member who feels him- or herself to be one, and projects and activities may be initiated by any member. There is no formal decision-making process. Projects garner momentum, or fade away, depending on their own creative force and force of circumstance. Projects grow, rather than being directed. The idea, however, is not “anything goes.” Core members (a perpetually emergent, ever-shifting group including energetic newcomers) exercise an orchestrating or orienting influence designed to ensure the continuation of the SenseLab’s project in keeping with the ethos it has developed of affirmative creative exploration rigourously engaged in developing techniques for creative relation, uncontained by the disciplines between which it works and unsubdued by the institutional structures on which it draws. The SenseLab does not exist as an entity apart from the self-propelling process of its projects.

A continuing thread of SenseLab activities has been a long-standing central reading group exploring process-oriented philosophy, along with a proliferation of off-shoots from it. The collective reading practices impart a conceptual impetus to activities in other modes, which continue the movement of thought in their own register of embodied experience. These include movement experimentations, writing activations, materials-based explorations, and spatial/environmental assemblages. These relay back into the reading practice, and other specifically language-based activities, to challenge and enrich them, forming a “research-creation” circuit among modes of thought and action. Activities are self-organizing, often initiated by a “pop-up proposition” that can be launched by any participant. Remote participants regularly join Montreal-based activities by Skype.

An international partnership grant from the Social Science and Humanities Research Council of Canada (2013-2020) enabled the SenseLab to solidy its collaborative network. The partnership formally extends to 19 universities and 20 community arts partners worldwide. Semi-autonomoius local SenseLab “hubs” are active in Europe, Brazil, and Australia, networking with each other and the Montreal hub through Basecamp and other distance collaboration tools.

The SenseLab produces an online multi-media journal entitled Inflexions: A Journal for Research-Creation (an Open Humanities Press journal). The goal of Inflexions is to experiment with new modes of the dissemination of knowledge that fully avail themselves of the potentials offered by the internet. A book series was also started at Open Humanities Press entitled Immediations encouraging explorations into concept-making and collaborative process, including projects that push the concept of the book to its limit. The Immediations book series is continuing at Punctum Press under the 3Ecologies Books imprint. Titles are open access, available in print form or as a free pdf.

 In its first ten years, the SenseLab hosted a series of international events under the rubric Technologies of Lived Abstraction. Our first event, Dancing the Virtual (2005), focused on the “movement of thought” as embodied relational movement. Housing the Body, Dressing the Environment (2007) was composed around “platforms for relation” activating constellations of thought in the in-between of the body and the built environment. Society of Molecules (2009) invited far-flung groupings in a number of countries to plan a remotely coordinated set of local art interventions germinating from “seeds of process” gifted between groups. Finally, Generating the Impossible (2011) explored the concepts of an “emergent attunement” out of chaos, and of the “transduction” of one process into another, moving between a remote forest location and the inner city. Since we ended the Technologies of Lived Abstraction event series, we began a new phase, broadly called Immediations, which explores techniques that create emergent collectivities. The events organized have included Into the Midst (2012), Three Mile Meal (2013) and Enter Bioscleave (2013), Anarchiving Precarity (2014), Fugitive Planning (2015), Distributing the Insensible (2016), The Affect-o-meeting (2017), and a series of Minor Movements (2018-2019), among others (see the “Events” tab of this website).

As the Immediations phase comes to a close, we are working to spin off from the universitty an autonomous platform for creative-relational research called the 3Ecologies Institute. At the heart of the 3E project is a concern for neurodiversity and experimentation in alter-economic practices. More information can be found in the “3 Ecologies” tab of this website. A concise description of the project is found on our Patreon page.

Everyone is welcome.

You can read an interview with Erin here.

FR

Le SenseLab est un laboratoire pour la pensée en mouvement.

Basé à Montréal, le SenseLab est un réseau international d’artistes, d’universitaires, d’écrivains et de créateurs provenant d’une grande variété de domaines et travaillant ensemble à la croisée de la philosophie, de l’art et de l’activisme.

Les participants sont liés par affinité plutôt que par une structure d’adhésion ou une hiérarchie institutionnelle. Les projets-événements du SenseLab sont collectivement auto-organisés. Ils ont pour but d’expérimenter des techniques créatives pour une pensée en acte. Le produit du SenseLab, c’est son processus, voué à la dissémination. Son succès se mesure au momentum créatif qu’il génère en son sein et qui se prolonge dans d’autres pratiques individuelles et collectives, ensemençant de nouveaux processus affirmant leur propre autonomie. Le SenseLab ne revendique aucun droit de propriété. Il opère, dans la mesure du possible, selon le principe d’une économie du don.

Erin Manning a fondé le SenseLab en 2004 avec l’envie de créer un environnement accueillant et propice à de nouveaux modes de rencontre et d’expression. Sa prémisse de départ était que les concepts ne sont jamais programmés à l’avance. Ils constituent plutôt les effets expérimentaux d’un processus en évolution continue, toujours en train de se faire, à même la pratique. Les concepts et les techniques collectivement formés au cours des dix premières années d’activité du SenseLab sont explorés plus en détails dans « Propositions pour une pensée en acte» (Erin Manning et Brian Massumi, Thought in the Act: Passages in the Ecology of Experience, University of Minnesota Press, 2014).

Le SenseLab décrit ses activités en termes de « recherche-création », dans l’optique de repenser en profondeur les catégories de «théorie» et de «pratique», et d’ainsi remettre en question la situation d’antagonisme à laquelle elles sont trop souvent rivées. L’approche du SenseLab concernant la recherche-création se caractérise par l’importance accordée à la philosophie comme pratique créative, et son intérêt soutenu pour l’expérimentation de nouvelles formes de collaboration transdisciplinaire. Les projets du SenseLab s’engagent dans des processus de pensée par le milieu d’un faire, en gardant toujours à l’esprit que les concepts se fabriquent dans et à travers l’événement. Les membres du SenseLab pratiquent la philosophie comme un catalyseur pour les autres modes d’activité créatrice, jamais comme juge ou maître.
Les collaborations du SenseLab prennent la forme d’événements ponctuels de recherche-création, ainsi que d’activités diverses qui ont lieu tout au long de l’année. Est membre du SenseLab quiconque se sent y appartenir, et les projets et activités peuvent être initiés par tous les membres. Il n’y a pas de processus formel de décision. Les projets génèrent un momentum ou disparaissent, en fonction de leur propre force créatrice et de celle des circonstances. Les projets se développent à leur guise plutôt que d’être dirigés. Néanmoins, l’idée n’est pas de laisser libre court au « tout et n’importe quoi ». Les membres porteurs (un groupe en constante émergence et ouvert aux nouveaux arrivants dynamiques) exercent une influence orchestrale qui oriente les projets du groupe, en accord avec l’ethos d’exploration créative et positive entretenu par le SenseLab au fil des années. Il s’agit ainsi de préserver l’engagement rigoureux du SenseLab pour le développement d’un ensemble de techniques relationnelles et créatives qui ne se confinent pas aux limites des disciplines avec lesquelles il travaille, et qui maintiennent un esprit d’insoumission à l’égard des structures institutionnelles auxquelles il participe. Le SenseLab n’existe pas comme une entité séparée du processus d’auto-propulsion de ses projets.

 

Les activités en cours comprennent un groupe de lecture actif de longue date (les récentes discussions ont tournées autour de Whitehead, Arakawa et Gins, Deleuze, Guattari et Nietzsche); des sessions d’expérimentation de mouvement bi-mensuelles; des activations hebdomadaires d’écriture; ainsi que deux séries d’événements mensuels publics, Nœuds de la pensée et Mouvements de la pensée (en collaboration avec le centre d’art transdisciplinaire Usine C). Des participants à l’étranger se joignent régulièrement aux activités montréalaises du SenseLab par Skype.

Depuis 2008, le SenseLab s’est aussi constitué comme lieu de résidence. Nous accueillons des chercheurs et des créateurs qui souhaitent développer leur pratique et leur pensée dans des directions inédites, au sein d’un environnement collaboratif, processuel, ouvert et solidaire. Une subvention de partenariat récemment octroyée par le Conseil de Recherches en Sciences Humaines du Canada (CRSH) a permis au SenseLab de consolider son réseau de collaborations, qui inclut officiellement 12 universités et 20 partenaires d’art communautaire en Amérique du Nord, en Europe et en Australie, ainsi que des connexions vibrantes et informelles avec une constellation de collectifs en tout genre.

Le SenseLab produit une revue en ligne multimédia intitulée Inflexions : Un Journal de recherche-création (Open Humanities Press). Le but d’Inflexions est d’expérimenter de nouveaux modes de dissémination des connaissances qui tirent pleinement profit les potentialités offertes par le web. Le SenseLab dirige également une série littéraire à Open Humanities Press intitulée « Immediations », qui encourage les explorations de processus collaboratifs et repousse les limites du concept de livre.

Durant ses dix premières années d’existence, le SenseLab a organisé une série d’événements internationaux sous la rubrique  Technologies de l’abstraction vécue. Notre premier événement, « Danser le Virtuel » (2005), a porté sur le « mouvement de la pensée » conçu comme mouvement relationnel incorporé. « Habiter le corps, Habiller l’environnement » (2007) a été construit autour de « plates-formes relationnelles » pour l’activation de constellations de la pensée dans l’entre-deux du corps et de l’environnement bâti. « Société des molécules » (2009) a convié des groupes provenant de différents pays à planifier un ensemble coordonné d’interventions artistiques locales mais à distance, initiées (« semées ») à partir de « graines de processus » échangées entre les groupes. Enfin, « Générer l’impossible » (2011) a exploré les concepts d’une « harmonisation émergente » du chaos et de la « transduction » d’un processus à un autre, opérant entre un site en forêt éloignée et le centre-ville de Montréal. La phase Technologies de l’abstraction vécue est maintenant complétée. Une nouvelle phase a commencé, Immediations, dans laquelle il s’agira d’explorer les techniques qui créent des collectivités émergentes. Les événements organisés dans cette série jusqu’à présent inclus « Du dôme au milieu: immersion, émergence » (2012), « Bouffe sur Trois Bornes » (2013) et « Entrer dans le Bioscleave » (2013).

Tout le monde est bienvenu!